Rencontre avec la réalisatrice franco-israélienne Tamara Erde

8 octobre 2020 · 0 commentaire

Réalisatrice de plusieurs films tels que This is my Land, Le Foyer ou Jéricho, Tamara Erde interviendra dans la Confkids « Science et conscience » du samedi 10 octobre à 10h30. Très engagée sur les sujets d’éducation, de socialisation et de responsabilité individuelle, elle revient sur son parcours artistique, sa vision du monde, avec des conseils adressés aux jeunes.

  • Pourriez-vous présenter brièvement votre parcours ?

Scénariste et réalisatrice, j’explore mes sujets de prédilection grâce au film documentaire et à la fiction. Je participe aussi à des résidences d’artistes et partage mon travail à travers des installations vidéo, la photographie, des performances scéniques et la danse.

Les grands thèmes qui jalonnent mon parcours sont le point de départ de chaque projet. D’une question prégnante, je la transforme en une forme, une matière, une image, une histoire ou un personnage. Je choisis en même temps intuitivement les médias qui serviront au mieux mon expression dans toutes ses nuances.

J’y aborde la question de l’identité, à la fois comme recherche de ma place dans la société, et de manière personnelle comme la construction psychologique à travers la recherche du père que je n’ai jamais connu. Mon premier court-métrage, Rober, est un portrait en creux et intime de cette figure essentielle.

J’ai commencé par étudier la communication visuelle et la photographie à la Belazel Academy of Arts & Design de Jérusalem. Puis j’ai quitté Israël pour New York, et en 2010, je suis venue perfectionner mon approche du cinéma, en France, au Fresnoy.

Dorénavant installée à Paris, j’ai continué à travailler sur ces questions identitaires avec le documentaire This is my land qui questionne les systèmes éducatifs palestinien et israélien, et l’enseignement du conflit israélo-palestinien.

Présenté en première mondiale au Festival International du Film de Toronto, This is my land est sorti en salles en 2015, puis a été suivi par plusieurs enseignants israéliens et palestiniens pendant une année. En dévoilant leurs échanges avec les élèves et les débats avec le ministère, le film partage un aperçu intime de l’effet profond et durable que le conflit israélo-palestinien transmet à la génération suivante.

À chaque projet, je cherche un équilibre entre plusieurs médiums et processus pour approcher le cœur de mes sujets, qui deviennent d’intimes objets de relations avec le public.

  • Qu’est-ce qui motive votre engagement ?

Ayant grandi en Israël, à 18 ans, je suis devenue officier dans le renseignement de l’armée israélienne dans le cadre de mon service militaire obligatoire. Il s’agissait d’un poste et de responsabilités qui m’ont rapidement fait entrer dans une démarche de questionnement indélébile.

Interroger et douter de ce qui peut sembler évident, des ordres donnés, des croyances dictées par la société, est devenue une manière de chercher ma place et de construire mon identité, à travers l’art et le cinéma.

  • L’art et le cinéma en particulier peuvent-ils amener à une prise de conscience des jeunes générations sur les enjeux économiques, politiques, environnementaux?

J’ai une profonde conviction que oui, tout à fait. L’art, et le cinéma qui est davantage accessible à tout le monde, depuis chez soi même aujourd’hui, peut amener les jeunes générations à se questionner, à se projeter dans des histoires et des univers qu’ils connaissent pas, et donc à s’ouvrir à l’autre.

Cela peut aussi les toucher, chacun sur une thématique différente, à traver l’émotion et l’identification, et leur donner l’envie de s’investir dans une cause qui leur est proche.

  • De quoi allez-vous débattre samedi durant la ConfKids ?

Nous allons débattre des ponts entre la science et l’art. Comment chacun de nous, Fabien Malbet et moi, préparons notre travail (de mon côté la préparation d’un film).

Nous allons aussi montrer comment trouver l’équilibre pour chacun entre la volonté de questionner et de douter, et la nécessité de trouver par moment un consensus, sans pour autant faire des compromis.

Pour finir, nous allons nous questionner d’un ailleurs possible, de vie sur une autre planète, vu par la science et par le cinéma, et les questions que cela pose.

 

Lire aussi : Confkids du samedi 10 octobre : Science et conscience

  • Quelle vision portez-vous sur le système éducatif français ?

Je ne le connais vraiment pas assez, j’avoue… Mais de ce que j’ai pu m’apercevoir des projections scolaires que j’ai faites, je trouve que malgré le niveau élevé des enseignements, il reste peut-être des questions à  se poser.

Comme par exemple sur l’autonomie et l’indépendance à développer davantage chez les élèves. Mais aussi les inégalités sociales. Et comme dans chaque pays, certains sujets considérés sensibles, qui restent peut être trop à l’écart de ce qui est discuté en classe, notamment en histoire.

  • Comment voyez-vous l’avenir pour les jeunes générations ?

Je trouve ça inutile d’être pessimiste, donc je dirais optimiste par choix et par mission. Cependant, je trouve que l’optimisme ne suffit pas aujourd’hui s’il reste sans action.  Donc je dirais optimiste actif. Je suis en train de penser à un projet qui, sur le long-terme, mélangerait mes activités de cinéaste et artiste, avec l’éducation et la politique.

  • Quel(s) conseil(s) donneriez-vous aux enfants qui souhaitent changer les choses ?

De suivre leur cœur surtout et en premier lieu. On a, à n’importe quel âge, une intelligence intérieure, intuitive, une vérité intérieure, qu’il ne faut surtout pas perdre. Il faut aussi l’écouter même si cela va à l’encontre de choses qu’on nous dicte et qu’on nous fait penser. Et avec cette écoute, croire à nos forces et oser contredire.

Oser prendre les choses en main, en gardant toujours cette boussole intérieure comme le guide de notre chemin.

Propos recueillis par Emilie Coulette

Crédits photo : Bruno Fert


RDV samedi 10 octobre à 10h30 pour suivre la Confkids en direct et gratuitement dans Bayam ou sur Zoom.

Pour retrouver plus de contenus ludo-éducatifs, accédez à la version gratuite de Bayam ou abonnez-vous pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de l’appli.*

*Un accès illimité à tous les contenus et à toutes les fonctions :  chronomètre, messagerie familiale, 6 profils en simultané.  1er mois offert. Sans engagement. 

Commentaires

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Découvertes
  • Jeux
  • Dessins animés
  • Activités