Drôle de trip : “Quand on est jeune, partir forge votre personnalité”

21 janvier 2021 · 0 commentaire

Drôle de trip déboule sur Bayam ! Dans ce programme court, Antoine et Raphaël, deux globe-trotteurs invitent les enfants à sillonner la planète de l’Himalaya au Japon, en passant par l’Inde ou l’Amérique du Sud. Pour nous, ils reviennent sur la naissance et la conception d’une émission qui propose d’ouvrir l’horizon des plus jeunes.

Comment est né Drôle de trip ?

Antoine Delaplace : En 2003, nous avions fait un tour du monde avec Raphaël. Suite à cela, nous avions mis en ligne un film d’une heure retraçant notre voyage de manière un peu délirante. Nous avons eu pas mal de très bons retours. Cela a planté comme une petite graine dans nos têtes. Pourquoi ne pas proposer un projet ludo-éducatif autour du voyage ?

Raphaël de Casabianca : J’ai travaillé plusieurs années chez Disney et j’avais pu constater qu’il n’existait pas d’émission de voyage pour les enfants. On s’est alors demandé comment s’adresser à des jeunes qui ont peu ou n’ont pas voyagé.

Justement, comment on fait alors ?

RC : Déjà nous avons fait le choix du format court. Ensuite, il y a deux “incarnants” – nous –, dont l’amitié est le ciment. Et nous avons décidé de détourner les codes des émissions de voyage en y injectant une narration, mais aussi de l’humour. Tout simplement parce qu’il est à la base de notre amitié à Antoine et moi. Nous posons un regard enjoué sur le monde, aussi, nous voulions un programme qui nous ressemble. Et puis, en voyage, quand il y a la barrière de la langue, le rire demeure le meilleur moyen de communication !

Comment avez-vous établi votre itinéraire et avec quel dispositif ?

AD : Le dispositif était très simple : une caméra, deux micros-cravates… et nous ! Nous n’avions même pas de pied de caméra !

RC : Quant à l’itinéraire, on l’a établi comme pour un voyage entre copains. On prend la carte et on avise. Nous avions élaboré les grandes lignes de notre voyage mais on ne s’interdisait pas de bifurquer à droite ou à gauche quand on en avait envie… Enfin sauf pour notre périple en Himalaya (voir l’épisode “Le Petit Tibet”) : nous devions traverser le fleuve Chadar et celui-ci devait être suffisamment gelé pour que cela soit possible.

 

Le petit Tibet

AD : Une sacrée aventure car nous sommes partis pour 20 jours de marche en autonomie. Nous transportions des panneaux solaires pour recharger nos batteries, nos porteurs – avec qui on a fait un clip de rap – avaient des luges faites de bric et de broc. On a dormi dans des grottes avec des températures de -20, -30° !

Vous avez un autre souvenir marquant de votre périple ?

RC : Il y en a plein. Mais je pense spontanément à l’île de Pâques. On était depuis trois semaines en Amérique du Sud, plus précisément au Chili. Nous séjournions dans une auberge de jeunesse et des gens nous parlent de l’île de Pâques. On y est partis sur un coup de tête, sans que la production soit vraiment au courant. C’est ça aussi le voyage : on nous raconte un endroit, ça nous fait rêver, on y va !

Drôle de trip a été tourné il y a quelques années. Or le monde a changé depuis. La question de voyager loin se pose au vu du réchauffement climatique notamment. Ce genre de périple est-il toujours souhaitable aujourd’hui selon vous ?

RC : Les gens continueront de voyager, mais autrement. Et j’espère que ce type de voyage très libre, comme nous l’avons fait avec Antoine, perdurera. Le côté “faire un pays” avec une liste de choses à voir à la Lonely Planet ça, effectivement, je pense que c’est fini.

Désormais, il faut penser à la réciprocité : qu’est-ce que je donne au pays qui me reçoit ? Eh bien déjà, on peut donner du temps. Je crois à l’expérience du temps long. En ce qui concerne les transports, on peut bouger à vélo, en train, en cargo. Il est possible de partir en faisant attention à la planète et à l’autre. Parce que si je n’avais pas voyagé, je n’aurais pas la même vision du monde.

On dit que les voyages forment la jeunesse. C’est vrai. Quand on est jeune, partir forge votre personnalité. Si on n’a pas ça, on rétrécit notre univers. Or les échanges avec d’autres que soi sont importants. Alors voyager toujours oui, mais de façon intelligente et réfléchie. C’est d’ailleurs exactement ce qu’on raconte avec notre projet Petaouchnok qu’on vient de lancer sur Instagram 🙂

https://www.instagram.com/petaouchnok/

 

Propos recueillis par Joséphine Lebard

© Drôle de trip, Le Petit Tibet, Phare Ouest Productions

Découvrir dans Bayam dès 7 ans

Liste des épisodes de Drôle de trip sur Bayam

  • En Inde

La photo mystère
Fête de Holi
Cricket à Calcutta
Cuisine au Cachemire
Le Petit Tibet – Himalaya

  • En Asie

Les aventures de Professeur et Philémon
Zen à Kyoto
Cuisine de Co Bai
Fête de l’eau à Luang Prabang
24h à Hanoï

  • En Amérique du Sud

Les épiciers du cacao
Les Incas selon Drôle de trip
Expédition Potosi
Le bibliobus
Prisonniers sur l’île de Pâques


Retrouvez Drôle de trip (rubrique Découvrir, 7-10 ans) et bien d’autres activités ludo-éducatives dans la version gratuite de Bayam ou abonnez-vous pour bénéficier de Bayam Premium.*

*Un accès illimité à tous les contenus et à toutes les fonctionnalités :  chronomètre, messagerie familiale, 6 profils en simultané. Offre sans engagement. 

bayam1mois

Commentaires

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Découvertes
  • Jeux
  • Dessins animés
  • Activités