Dessine-moi une pochette, un programme spécial pour les enfants par radio Nova

2 juin 2020 · 0 commentaire

Notre partenariat avec Radio Nova continue. Après la soirée Boum Boum du festival Ré-Création-S, qui a fait danser des centaines d’enfants le 30 mai, nous sommes ravis d’accueillir la série « Dessine-moi une pochette ».

Chaque jour pendant le confinement,  Marie Bonnisseau de radio Nova a proposé aux enfants de dessiner les plus belles pochettes de disques. Une émission que l’on a adoré écouter chez Bayam ! Rolling Stones, Pink Floyd, Neil Young… des dizaines de pochettes mythiques ou plus récentes qui ont bercé notre enfance, notre adolescence, notre quotidien.

Le principe est simple. Marie fait dessiner les enfants et leur raconte ce qui se cache derrière ces pochettes cultes. Des histoires qui intéressent aussi les parents et qui contribuent à créer un vrai moment de complicité familiale.

Je découvre gratuitement dans Bayam

A l’origine de ce programme innovant, Marie Bonnisseau a accepté de répondre à nos questions :

Pourriez-vous nous dire qui vous êtes ?

Je suis Marie Bonnisseau, je suis animatrice à Nova depuis 3 ans. J’ai auparavant travaillé pour Radio France (chroniques matinales pour Mouv’, reportages en rédactions et même … l’info trafic un été !). J’ai également été auteure et chroniqueuse pour Canal Plus (L’Émission d’Antoine, Crac Crac) et je suis actuellement chroniqueuse pour l’émission 28 Minutes sur Arte.

À Nova, j’ai présenté la revue de presse dans la matinale d’Edouard Baer, puis j’ai animé ma matinale « Pour que tu rêves encore » pendant 2 ans, et me voici désormais en charge de la tranche de fin d’après-midi (16h-19h, le Nova Soundclash).

Comment vous est venue l’idée de Dessine-moi une pochette ?

C’est une idée née le premier jour du confinement, dans un contexte assez étrange … À Nova, nous avons décidé de faire davantage de radio en direct car nous avons senti que les auditeurs allaient avoir besoin d’une présence constante pour faire passer l’angoisse de l’enfermement… Je me suis donc retrouvée du jour au lendemain avec une émission longue de 6h (!!), il fallait donc très vite inventer de nouveaux formats pour occuper nos auditeurs.

Lorsque j’animais la matinale, j’invitais régulièrement des illustrateurs à se poser dans le studio, le temps d’une émission, pour dessiner ce qu’ils entendaient et ce qui les inspiraient… C’est toujours passionnant de voir ce qu’un artiste visuel crée à partir du son, et uniquement du son. Avec le confinement, j’ai réalisé que les dessinateurs naturels que sont les enfants étaient des millions à écouter la radio désormais …
Dessine Moi une Pochette est mon premier vrai contenu jeunesse.
Je n’ai pas d’enfants, et j’adore discuter avec eux. Mon premier job d’été, c’était animatrice de colo … et devenue journaliste j’ai souvent invité des enfants dans mes émissions. J’ai notamment enregistré les rêves de quelques classes d’écoles primaires que j’ai diffusés le matin sur Nova.

Comment avez-vous sélectionné les disques ?

Pour Dessine-moi une pochette, j’ai choisi des « classiques ». Des disques très connus des adultes, car je trouvais intéressant de lier parents et enfants autour d’une même référence culturelle. J’ai également choisi des visuels propices à raconter de vraies histoires, avec des thèmes pouvant toucher les enfants. Gainsbourg qui se trouve moche, Kanye West qui ne veut pas aller à l’école, les Kraftwerk fascinés par les robots, la « maladie de la tristesse » de Neil Young …

Quelles ont été vos sources d’inspiration ?

Le titre de Dessine-moi une pochette est évidemment une référence au Petit Prince. Petite, j’écoutais en boucle la version audio lue par Gérard Philippe, et j’étais fascinée par le fait que le Petit Prince parvienne à voir un mouton dans la caisse dessinée par St Exupéry.
De même, j’ai été marquée par le poème de Prévert Pour faire le portrait d’un oiseau (lu par je ne sais plus qui). Prévert disait qu’il fallait attendre l’oiseau près de son dessin … et refermer doucement la cage avec son pinceau…
Ce pouvoir du dessin sur la réalité me plaît beaucoup, et j’ai essayé de l’appliquer en racontant l’histoire des pochettes.
Quand l’enfant brise la guitare basse de Paul Simonon sur la pochette de London Calling, j’espère qu’il fait partie du Clash à ce moment là !
Enfin, petite, j’ai beaucoup écouté Pierre et le Loup (lu par Gérard Philippe, encore lui …), ainsi que les chansons pour enfants de Steve Waring. Ayant été une auditrice sur-captivée, je crois que j’ai toujours cette vision des enfants avides de sons et d’histoires d’instruments de musique…

Que retirez-vous de cette première expérience menée avec les enfants ?

Dessine-moi une pochette a duré tout au long du confinement. J’ai reçu près de 400 dessins. Certaines familles m’ont fait des « envois groupés » avec les oeuvres des enfants et des parents.

Ce qui m’a le plus touchée, c’est une maman qui m’a racontée que son fils de 6 ans, chaque jour, emportait la radio dans sa chambre et dessinait pendant qu’elle faisait la sieste. À son réveil, elle devait deviner la pochette du jour… Son fils ne regardait aucun modèle, il dessinait uniquement en suivant mes explications en direct… il n’y a pas plus belle preuve d’écoute ! Sa maman m’a dit qu’elle allait lui offrir une petite radio pour son anniversaire. Je les ai invités, tous les deux, à venir voir une émission en juin prochain.
Autre moment touchant, c’est quand un membre de l’Orchestra Baobab (groupe sénégalais) a vu passer une pochette sur nos réseaux sociaux. Je dois lui envoyer les dessins des enfants, qu’il m’a promis de transmettre aux musiciens restés à Dakar. J’ai aussi fait dessiner Manu Dibango, musicien très proche de Radio Nova, quelques semaines après son décès. C’était très touchant de voir les résultats des enfants, et je les ai transmis aux membres de Nova qui avaient personnellement connu le saxophoniste.

Quelles sont vos trois pochettes préférées ?

Il m’est impossible de choisir…

Celle qui a le mieux marché est la vache des Pink Floyd sur Atom Heart Mother.
J’ai adoré raconter Patti Smith, The Streets, Gorillaz, Gainsbourg, Neil Young… et Manu Dibango …
Et l’album blanc des Beatles a fait rire quelques parents.

Dessine-moi une pochette est une collection à découvrir dans Bayam (rubrique Ecouter) pour les enfants dès 6 ans. 

Pour retrouver plus de contenus ludo-éducatifs, accédez à la version gratuite de Bayam ou abonnez-vous pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de l’appli.*

*Un accès illimité à tous les contenus et à toutes les fonctions :  chronomètre, messagerie familiale, 6 profils en simultané.  1er mois offert. Sans engagement. 

Commentaires

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Découvertes
  • Jeux
  • Dessins animés
  • Activités